Une histoire de Lettres...à assembler, déchiffrer, découvrir, travailler de manière ludique et complémentaire aux cours réalisés en classe.
Ce blog est mis à votre disposition pour vous aider. Toutes les séquences de cours seront complétées par des exercices. Ils vous permettront de vous entraîner et/ou d'approfondir certains points de leçon vus ensemble.
D'autre part, cet espace ne peut vivre sans vos lettres, vos mots, vos productions.Des concours d'écriture sont régulièrement organisés. Le prix d'une publication pour le plaisir d'écrire et d'être lu.
J'attends enfin toutes suggestions. Cet espace est le vôtre et demande à grandir chaque année, comme vous!
Je vous souhaite une bonne lecture et de bons entraînements.

Découvrir l'atmosphère fantastique en vidéo

Evaluation finale Séquence 2 4e4

Il grimpait encore un peu et là où il se tenait, je voyais tout son corps car il n'y avait pas de feuillage. Il mesurait environ un mètre vingt et devait avoir dans les soixante ans, même si plus tard, j'appris qu'il en avait en fait 500. Il était sale et couvert de boue, il paraissait maigre et décharné, squelettique. Sur son corps, on voyait que ses poignets portaient les traces de grosses menottes, qu'il avait été enchaîné. Il portait les traces de multiple tortures; coups de fouets et emputations de doigts. Il avait une marque faite au fer rouge, symbole des prisonniers mais curieusement aussi du sceau royal. Il avait de petites jambes mais était incroyablement agile et portait un pagne en haillon. Il avait une grosse tête par rapport à son corps et n'avait plus qu'une touffe en pagaille qui lui servait de cheveux. Ses oreilles me semblaient être que de petits trous sur les côtés de son crâne. Son nez était minuscule mais pouvait sentir son gibier à des lieues à la ronde. Ses yeux exorbités étaient ronds et globuleux. Sa bouche était un bec de lièvre. Il sourit et je vis qu'il n'avait plus de dents à part celles en fer, trois devant et cinq molaires car ses gencives pourries ne pouvaient plus que porter des dents artificielles. Sa peau était couverte de verrues et de champignons. Et puis, il commença à avancer.
Loïc,4e4.


Evaluation finale Séquence 2 4e2

Sujet: Vous décrirez un animal de manière nettement péjorative ou méliorative. Vous mettez surtout en avant ses qualités/défauts physiques et morales (caractère).

Ce mystérieux et étrange animal qui vivait dans le fin fond d'une grotte était un terrible dragon. Cette grotte était sombre et lugubre, des cadavres d'aventuriers qui s'étaient aventurés dans la grotte gisaient sur le sol poussiérieux. La grotte sans fin était la demeure de ce dragon femelle. Ses petits se promenaient dans la grotte sans peur, les dragons ne connaissaient pas la peur. La dragonne était d'une couleur rouge vif. Son corps était recouvert d'écailles. Des blessures de guerre la parsemaient mais jamais un aventurier n'avait terrassé la dragonne légendaire. Elle était d'une très grande taille. Sa tête était aussi colossale, on y voyait deux énormes yeux, des yeux jaunes brillant dans l'obscurité la plus totale. Sa bouche, énorme elle aussi, était remplie de crocs acérés comme des lames de rasoirs. Son nez était noir avec en son milieu juste deux petites fentes. Elle ne possédait presque pas de cou. Son ventre était rouge comme le sang, plus clair vers le milieu, parsemé de blessures, de coups d'épée mais le dragon n'avait pas encore perdu la vie. Le plus impressionant, à part ses yeux étaient ses bras. Ils étaient plus gros que des colonnes de pierre et il y avait au bout de ses doigts, des griffes grandes comme huit aventuriers. Ce dragon, d'une magnifique puissance, était sûrement plus fort que les dieux.Moi, aventurier, ayant réussi à protéger ce dragon jusqu'à sa mort, voici mon récit. J'espère que les humains, dans le futur, remarqueront mon courage. En tout cas, dans ma longue vie de guerrier, je n'ai rarement vu une chose plus belle, plus magnifique que cette dragonne du nom de Crocabulia.


Pierre-Louis, 4e2

Séquence 3: Séance 1 "Découvrir l'atmosphère fantastique"

Séance 1: Découvrir l'atmosphère fantastique

Objectifs:
  • s'intégrer et coopérer dans un travail collectif (Malheureusement beaucoup d'élèves ont pris l'activité à la légère et ont perçu l'activité de groupe comme une mini-récréation!Je rappelle que le but du travail en groupe est de créer une entraide entre les camarades, c'est souvent la seule occasion de voir comment les autres travaillent, pensent et rédigent.)
  • être capable de comprendre une situation à partir d'une image
  • être capable de relever des éléments clés de l'image fantastique
1/ Analyser un document (applicable pour tout document, qu'il soit visuel ou textuel et même sonore)

1ère image: Le document est une photographie tirée du film Sleepy Hollow du réalisateur Tim Burton, sorti en 1999.

2e image: Il s'agit de l'affiche du film Sleepy Hollow, réalisé par Tim Burton, sorti en 1999. Les acteurs principaux sont Johnny Depp et Christina Ricci.

2/ Entrer dans l'image

Qst 1: Dans la première image, le cadre de l'action est tout à fait banal. Les personnages se trouvent dans une forêt, une journée d'automne. Néanmoins, un de ces personnages touche un arbre à la forme originale, peut être un signe "inquiétant". L'arbre est en effet torsadé comme s'il avait tourné sur lui-même. De plus, les racines apparentes et la grandeur de l'arbre le rendent tout puissant. Un arbre de cette ampleur semble en décalage avec le cadre paisible proposé sur cette photographie.

Qst2: L'arbre est associé au cavalier sans tête dans l'image n°2.

Qst3: La brume rend le cadre inquiétant. Il est souvent le signe annonciateur d'un danger.

Qst5: Il fallait surtout s'attarder sur le sous-titre de l'affiche du film "La légende du cavalier sans tête". Ce même cavalier est représenté sous l'arbre.

Qst6: Le cavalier est tout d'abord mis en valeur par un jeu de contraste clair (lune)-obscur(le cavalier). Le cavalier est un personnage menaçant. Tout d'abord parce qu'il ne possède pas de tête, cet élément "surnaturel" n'est pas rassurant. Deuxièmement, il brandit une hache, sûrement l'arme du crime. Et enfin l'attitude du cheval (cabré) montre que le cavalier bride l'animal. Ils sont prêts à partir au galop, prêts à tuer?

Qst7: La couleur rouge (sang?) fait directement référence à la violence. La police utilisée sur l'affiche fait penser que le titre a été écrit à coups de hache.

Qst8: Le cavalier est directement lié à une atmosphère fantastique. Mais d'autres éléments sont reconnaissables et typiques d'une atmosphère fantastique: la pleine lune, l'arbre et l'utilisation de personnages réels et irréels.

MOTS CLES: REEL(UNIVERS FAMILIER)-IRREEL-FANTASTIQUE-ETRANGE-INQUIETANT

Définition du mythe:
Récit fabuleux, souvent d'origine populaire, qui met en scène des êtres (dieu, demi-dieu, héros, animaux, forces naturelles) symbolisant des énergies, des puissances, des aspects de la condition humaine.

Séquence 2: Rencontre

SEQUENCE 2

Séance 5 : Ecriture

Objectif : Raconter une rencontre en adoptant le point de vue interne

Exemple n°1:

Madame de Rênal sortait par la porte fenêtre qui donnait sur le jardin, quand elle aperçut près de la porte d'entrée la figure d'un vieux paysan, extrêmement pâle. Il portait une vieille chemise blanche, sale et trouée, et tenait sous le bras une veste fort sale, dont on ne devinait pas la couleur tellement la crasse s'y était installée. Le teint de ce petit vieillard était si blanc, ses yeux si clairs, et ses cheveux si gris que Madame de Rênal eut d'abord peur. Il avait des chaussures trouées, la peau ridée, pâle. Elle décida de s'en approcher, malgré l'être repoussant qu'était le vieillard. Il ne la voyait pas s'avancer. Elle lui dit:

- Que voulez-vous ici, monsieur?

Il ne répondit pas, et ne se retourna même pas. Madame de Rênal répéta sa question plus fort. Et cette fois, il s'était retourné.

- Je viens pour être précepteur, madame, lui dit-il enfin d'un ton sec.

Madame de Rênal resta sans rien dire, ce vieillard venait de lui postillonner dessus. En plus de cela, elle trouva son haleine forte désagréable, nauséabonde. Madame de Rênal regardait les rides qui marquaient son visage. Bientôt, elle se mit à avoir peur. Quoi, c'était là ce précepteur qu'elle s'était figuré comme un jeune homme, bien vêtu, propre et de bonne figure, qui allait prendre soin de ses enfants!

- Quoi monsieur, lui dit-elle enfin, vous savez le latin?

Comme pour la première question, il fallut qu'elle la répète. Puis il répondit enfin:

-Oui! lui répondit-il séchement.

Madame de Rênal était si effrayée mais elle osa lui demander:

- Vous ne gronderez pas trop ces pauvres enfants?

- Moi, je les gronderai et les frapperai sur le bout des doigts s'il le faut!

- N'est-ce pas monsieur, ajouta-t-elle après un petit silence, un peu trop dur pour eux? Monsieur, je vous en prie ne soyez pas ainsi avec ces pauvres enfants!

Se faire parler de la sorte et se faire prier par cette femme lui était tellement insupportable qu'il décida de lui répondre le plus durement possible et elle lui répondit sur un ton navré:

- Monsieur, je suis sincèrement désolée, mais vous ne correspondez pas au profil que mon mari et moi-même cherchons.

C'est ainsi que s'acheva leur discussion.

Alicia, 3e3

Exemple n°2:

Madame de Rênal sortit par la fenêtre du salon qui donnait sur le jardin quand elle aperçut près de la porte d'entrée une silhouette. De là où elle était, elle ne distinguait qu'un amas de tissu et une main sans âge qui s'avançaient vers la sonnette. Plus madame de Rênal s'approchait et plus elle découvrait l'aspect de cette étrange personne. Le morceau de tissu devint une robe de prêtre, à la fois sale et déchirée par endroit. Elle vit alors la figure d'un homme à l'expression froide et apathique. Serait-ce donc là le précepteur de ses enfants ? Elle s'avança encore pour finalement se retrouver face à de petits yeux enfoncés et sinistres et elle lui dit:

- Que voulez-vous, monsieur?

Une grimace se forma le visage du prêtre et d'une voix rauque, il répondit :

- Je viens pour être précepteur, madame.

Madame de Rênal sentit un frisson lui parcourir le dos. Elle redoutait la scène qui allait se jouer. Elle pensait déjà à ses enfants et se demandait si ce fut possible d'enseigner dans de telles guenilles et de manière générale sous une apparence si vieillote. Elle poursuivit néanmoins l'entrevue:

- Monsieur, savez-vous le latin?


- Oui madame, dico optimum latinum, dit-il d'un air arrogant.


Décidémment, ce prêtre ne lui rendait pas la tâche facile mais il fallait maintenant qu'elle s'assure du bien être de ses enfants et de l'éducation qu'ils allaient recevoir:

- Monsieur, excusez-moi de cette question mais serez-vous sévère avec les enfants ?

Le moine se raidit et lança d'un ton sec :

- Madame, remettriez-vous en cause mon métier de précepteur ? Le châtiment est prôné dans des cas spécifiques. Sachez néanmoins que vos fils doivent être éduqués comme des hommes. Le savoir ne s'inculque pas dans un contexte doré. Vos fils seront dépourvus de tout confort. Une blouse, un crayon de bois et du travail sans relâche. On apprend dans la difficulté, telle est ma manière d'enseigner .


- Mais ce ne sont que des enfants, monsieur, ils ont besoin de s'amuser, le monde des adultes est encore trop loin pour déjà les priver de tout , dit Madame de Rênal d'une voix inquiète.


- Ecoutez, madame, c'est à la demande de votre mari que je suis ici, si maintenant vous pensez que je ne corresponds pas au poste, je m'en vais. D'autres familles attendent un précepteur de qualité, tel que moi, je n'ai pas de temps à perdre, les routes sont longues à pied et je dois gagner mon pain quotidien.

Madame de Rênal resta stupéfaite devant autant d'effronterie de la part d'un prêtre. Ses manières assez rustres ne lui plaisaient pas du tout. Cette entrevue confirmait ses impressions. Non, ce prêtre ne ferait pas l'affaire, non, ses enfants ne seraient pas éduqués comme des bêtes, au nom de quoi ? Sur ce elle lança :

- Alors je vous libère, monsieur, vous pouvez reprendre votre chemin, nous ne sommes pas intéressés ».

Le moine partit en grognant, madame de Rênal fut elle soulagée.


"Comment mieux s'exprimer" p47

Séquence 2 Le Portrait

Un homme déambulait dans les rues quand soudain il vit une femme d'une beauté suprême assise sur un banc. Elle avait une posture ravissante et si légère! Ses yeux clairs reflétaient la douceur à travers un bleu saphir. Son nez fin tout comme sa bouche semblaient montrer toute la gentillesse et la grâce de cette jeune fille. Ses cheveux raides et bruns volaient au vent. Habillée d'une simple robe couleur pastel, l'homme restait en admiration devant cette somptueuse jeune femme.

Ambre 4e4

Je rencontrai cette femme au bal, je la trouvai fortement séduisante. Je l'invitai à danser, c'est alors que j'aperçus ses yeux, bleux comme le ciel, un ciel sans nuage. Sa chevelure soyeuse de déesse, un peu ondulée et si blonde éblouissait quiconque la regardait. Son corps était svelte, sa robe de bal lui allait comme un gant, ni trop courte, ni trop longue, elle paraissait si majestueuse dans ce rouge éclatant. Le rouge, le même que celui placé sur ses fines lèvres; le rouge symbole de puissance et d'amour. En dansant avec elle, je pus remarquer la douceur de sa peau, si fine, si claire, semblable à de la soie. Même ses pieds étaient parfaits, ils étaient de toute petite taille, fins et chaussés dans une somptueuse paire de ballerines.

Thomas 4e4

Fiche pratique "Faire un portrait" Séquence 2

FAIRE UN PORTRAIT



EMPLOYER DU VOCABULAIRE MÉLIORATIF ET PÉJORATIF


Fiche pratique sur l'imparfait

Séquence 2: Narration et points de vue


Résumé des 4 premières séances


Objectifs: - Reconnaître le type de narration utilisé dans un texte (1h)
- Identifier le point de vue adopté dans un texte (2h)
- Adopter un point de vue à l'écrit (2h)

1/La narration (Séance 1): Qui raconte?

- 1ère personne du singulier:
  • récit autobiographique: le narrateur est l'auteur (A.Gide, Que le grain ne meurt)
  • récit de fiction: le narrateur est inventé par l'auteur (P.Mac Orlan, Les clients du bon chien jaune).
Le narrateur est donc intérieur au récit.

-3e personne du singulier:
  • intervention directe du narrateur: le narrateur s'adresse directement au lecteur et et commente l'action (A.Dumas, La femme au collier de velours)
  • intervention indirecte du narrateur: le narrateur utilisent des expressions qui expriment un jugement de valeur (J.K Rowling, Harry Potter à l'école des sorciers)
  • absence du narrateur: l'histoire donne l'impression de se raconter d'elle-même.
Le narrateur est donc extérieur au récit.

2/ Les points de vue (Séance 2 et 3):Qui voit?

Support: n°6,7p33 + Le Rouge et le Noir p24,25

A partir de ces 3 documents, 2 points de vue ont été étudiés:

  • Point de vue omniscient:le narrateur sait tout de ses personnages, le narrateur détient toutes les informations (sentiments, présent, passé, etc) sur ses personnages.
  • Point de vue interne: on observe à travers les yeux d'un personnage, l'action est donc limitée à ce personnage.
Changement de points de vue dans un même texte:
  • n°7p33: nous avons pu observer le changement du point de vue omniscient au point de vue interne
  • Le Rouge et le Noir: omniscient à interne: alternance dans les pensées de Julien et de Mme de Rênal.
3/La rédaction (Séance 4): écrire p25

Raconter la rencontre de Mme de Rênal avec un autre précepteur, "sale et mal vêtu", et la façon dont se déroule cet entretien. Vous adopterez le point de vue interne pour présenter cet autre précepteur.
Plan à adopter:
- verbe de perception
-description physique (péjorative)
-dialogue: rencontre, attitude du précepteur (péjorative)

+ Fiche brevet: comment donner de l'ampleur à un énoncé:
Révision de l'hyperbole et de la gradation.